Body Loving – aime-toi et aime ton corps ! Le récit d’une petite expérience.

Jusqu’à mes 20 ans, je n’avais jamais porté de chaussures ouvertes. La raison ? Mon petit orteil semble se fondre dans l’orteil voisin, formant un renflement. Le phénomène est identique pour mes deux pieds et dès mon plus jeune âge, ces orteils estropiés faisaient l’objet de discussions. Ou plutôt non : en réalité, je n’en ai jamais parlé. J’y ai seulement pensé et passé mon temps à dissimuler mes pieds.

Même lorsque le thermomètre affichait plus de 30 degrés, je renonçais aux sandales ou tongs et me contentais de transpirer dans mes baskets. Me promener à pieds nus dans le parc était impensable. Et même quand j’allais me baigner avec mes amis, j’ai toujours réussi à leur cacher mes orteils. Le secret résidait dans ma position assise, qui consistait à masquer mes pieds en permanence. Si je devais me dégourdir les jambes, je jetais négligemment une serviette de bain sur mes pieds avant de les glisser à nouveau dans mes baskets. J’enfilais aussi un T-shirt : c’est toujours étrange de se promener à la plage en bikini et chaussures. De toute façon, le T-shirt arrivait à point nommé car mon ventre n’a jamais été aussi plat que je l’aurais souhaité.

Et effectivement, pendant des années, personne n’a rien remarqué. Un jour, je suis allée me balader en plein été avec mon meilleur ami, qui m’a soudain demandé pourquoi je ne portais jamais de tongs par temps chaud. Il a désigné ses pieds, expliquant à quel point c’était agréable d’opter pour des chaussures aérées. Comme vous pouvez l’imaginer, cette question m’a mise très mal à l’aise. Cependant, j’ai décidé d’être honnête et lui ai parlé de mes orteils estropiés.

Naturellement, j’ai fini par être obligée de lui montrer mes pieds. Il a hésité entre scepticisme et sourire. Certes, je ne suis pas née avec des pieds parfaits ; je n’avais toutefois aucune raison de les cacher. C’est ainsi que la conversation s’est terminée. Cela peut sembler étrange, mais elle a marqué l’apparition d’un sentiment inédit car dorénavant, je porte des chaussures ouvertes. J’adore sentir le vent se faufiler entre mes orteils durant l’été et j’aime courir à pieds nus.

Jusqu’à aujourd’hui, j’ai essuyé quelques réflexions sur l’apparence singulière de mes orteils. Je les considère toujours comme estropiés mais avec une pointe de tendresse. Puis j’explique le soin avec lequel je les ai protégés des regards jusqu’au début de la vingtaine et l’impression de liberté que je ressens depuis lors. Finalement, je ne faisais que ressentir de la honte et je craignais que quelqu’un puisse apercevoir mes pieds à la dérobée. Depuis lors, je me suis débarrassée de cette honte et je l’ai remplacée par l’agréable sensation de marcher à pieds nus sur le sable ou sur l’herbe.

La situation est similaire avec mon ventre : je le trouve toujours un peu trop rond. Ni 5 kilos de moins sur la balance, ni les 3 ou 4 séances de sport hebdomadaires n’y ont changé quoi que ce soit. Je suis simplement construite comme cela. Mais plus question d’enfiler un T-shirt au-dessus du bikini à la plage. Pourquoi rater l’occasion de sentir la brise caresser ma peau ou les rayons du soleil me réchauffer le ventre ? Pourquoi diable rater cette occasion, et au nom de qui ?

Bien entendu, les tops trop moulants ou dévoilant le nombril ne font pas partie de ma garde-robe. Je n’ai pas suivi la mode des crop-tops actuelle. L’été, je préfère porter des shorts courts car ils mettent mes longues jambes en valeur. Je complète l’ensemble par un haut ample et, évidemment, des chaussures ouvertes.

Je trouverais presque du charme à mes orteils. Dans tous les cas, ils sont différents. Mais à quoi ressemblerait le monde si nous devions tous sortir du même moule ? Sincèrement, quand vous pensez aux personnes que vous appréciez dans votre entourage, ce n’est pas avant tout pour leur beau visage ou leur corps parfait (si du moins un tel concept existe).

Body Loving – aime-toi et aime ton corps

Au final, il suffit d’être en accord avec soi-même, qu’importe son apparence, pour être rayonnant(e). Cela permet de rire plus souvent, de se tenir plus droit(e) et c’est automatiquement plus agréable pour son entourage. Même si on estime que son nez pourrait être plus petit, ses hanches plus étroites ou son ventre plus plat. Pour les gens qui comptent vraiment, ces détails n’ont aucune importance. Soit ils ne les remarquent absolument pas, soit cela leur est égal, ou encore ils considèrent que ces « défauts » font partie des particularités à apprécier, voire à chérir.

En ce qui me concerne, je peux dire avec le recul que rares étaient celles et ceux qui entravaient mon bien-être en raison de mon apparence physique. C’était d’une certaine manière intrinsèque. Bien entendu, cette réaction était influencée par l’idéal que véhiculent les médias et la comparaison avec les autres.

En conclusion, je ne peux vous donner qu’un seul conseil : aimez votre corps tel qu’il est. Je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire, et que cela ne fonctionnera pas du jour au lendemain. Mais ne vous imposez pas des limites uniquement parce que vous croyez ne pas correspondre à une certaine image. Nous n’avons qu’une seule vie dans ce corps, il serait dommage de passer à côté de certaines choses et des sensations qu’elles procurent – même des choses aussi simples que le fait de sentir l’herbe fraîche sous ses pieds nus ou la chaleur du soleil sur son ventre.

Je vous souhaite le meilleur !

Jess

Jess, 31 ans, optimiste convaincue, adore la danse et sa ville d’adoption, Leipzig. Depuis 2011, elle écrit avec ferveur sur les cosmétiques naturels ainsi que sur la mode écologique et équitable pour ALABASTER BLOGZINE.